toute copie ou reproduction non autorisée est interdite

mercredi 18 mars 2015

DDH : bitte, bonde, bravoure !


En ce beau Mercredi, bercé par le vent d'Autan, je vous propose 3 nouvelles définitions du dictionnaire décomplexé de l'hôtellerie !

Bitte : Loin de toute allusion grivoise (attention à l'orthographe), ce mot d'origine scandinave désigne cette petite poutre verticale destinée aux embarcations pour que celle-ci puisse y enrouler leurs bouts d'amarrage. Un bitte est indispensable pour les hôtels de bord de mer disposant d’un ou plusieurs pontons, pour pouvoir y accrocher les bouts des embarcations des clients du restaurant venant en bateau ou de celles l'hôtel, comme des « jet ski » ou des canoës de location de l’hôtel par exemple.
Bonde : Une petite pièce de métal, à première vue insignifiante, qui permet de boucher un lavabo en actionnant un levier fixé à côté du robinet dont les clients ne se soucient guère mais qui fait toujours l’objet d’un suivi très particulier de la part des hôteliers. Un entretien régulier permettra d’éviter la désagréable situation d’un client qui ne pourra pas se raser le matin pour aller à son rendez-vous d’affaires, ou qui ne pourra pas se prélasser dans son bain sans devoir rajouter régulièrement de l’eau. Peu importe la catégorie de l’hôtel, les bondes devraient toujours fonctionner parfaitement.

Bravoure : Il faut certainement une part de bravoure dans l’hôtellerie, au regard de l’état dans lequel les équipes peuvent parfois trouver une chambre après le départ des clients. Même si des poursuites peuvent être envisagées dans le cas de détériorations matérielles importantes, il n’y a effectivement aucune obligation légale concernant le respect du travail des équipes qui remettent les chambres en état. Une bonne dose de courage aura également son utilité dans le travail de nuit, très répandu dans les métiers de l’hôtellerie aux postes de réception, sécurité, restauration, et banquets.