toute copie ou reproduction non autorisée est interdite

vendredi 6 mars 2015

le dictionnaire décomplexé de l'hôtellerie - 4




Vous êtes-vous déjà demandé le lien entre un ami, un ascenseur, l'avidité, et l'hôtellerie ? Probablement pas, mais je vous le donne quand même.


Ami :     1- ami imaginaire : C’est fou le nombre d’amis qu’un directeur d’hôtel peut avoir, arrivant inopinément à la réception sans rendez-vous ni connaissance personnelle particulière dudit directeur, qui au final se révèle être une personne rencontrée sur un salon qui propose un partenariat commercial révolutionnaire.
2 – faux-amis : personne appartenant au cercle relationnel convoité du directeur d’hôtel qui
contacte uniquement ce dernier pour lui trouver une chambre d’hôtel quand tout est complet.

              3 – vrai ami : personne rarissime qui appartient au cercle très restreint des personnes qui sont capables de ne pas demander de tarif ou de gratuité en pleine saison et qui éventuellement le demandent en saison faible … et en demandant si cela ne dérange pas ! Si si, je vous assure, ces personnes existent.
Ascenseur : Depuis l’invention de l’ascenseur moderne en 1853 par un certain Elisha Otis qui a donné son nom au premier fabricant mondial d’ascenseurs, cette machine est devenue indispensable dans les hôtels. Son absence fera passer un établissement hôtelier pour une vieille auberge décrépie. Il est une des premières choses que les clients vont chercher dès leur arrivée dans l’hôtel, et sa mise hors service sera vécue comme un évènement presque traumatisant par ceux-ci. Elle est en revanche toujours génératrice d’angoisse pour le directeur qui recherchera à régler le problème au plus vite. Malheureusement, il est bien moins aisé de remettre un ascenseur en état que de changer une cuvette de toilette, et le directeur ne peut dans la plupart des cas que compter sur la réactivité de son ascensoriste et la compréhension de ses clients.
Avidité : De quoi faut-il être avide dans l’hôtellerie ? Avide de client : Cela peut être perçu comme une qualité commerciale car même si l’importance de la fidélisation des clients n’est plus à démontrer, un hôtel ne peut pas s’en contenter et il lui faut rechercher sans cesse à acquérir de nouveaux clients. Avide de satisfaction-clients : le but ultime de la notoriété d’hôtel est d’obtenir la meilleur moyenne de commentaires de la part de ses clients. Si avant l’explosion des sites de commentaires sur Internet un client satisfait faisait en moyenne part de son avis à 2 personnes quand un client déçu le disait 10 fois, je vous laisse imaginer ces chiffres maintenant … Selon vous, combien de clients potentiels regardent les avis laissés par la clientèle de l’hôtel ?
Si l’on doit être avide (et avare) de quoi que ce soit dans l’hôtellerie, ce n’est pas uniquement de clients ou de clients satisfait, mais donc de nouveaux clients satisfaits ! Il faut conjointement rechercher sans cesse de nouveaux clients et rendre ses clients les plus satisfaits possible de leur séjour ! Ces derniers seront toujours les meilleurs commerciaux des hôtels où ils ont séjourné.